Association - lutte contre le cancer chez l'enfant et l'adolescent - traitement ostéosarcome et sarcome d'ewing docteur delépine, nicole delépine, gérard delépine, cancérologie, enfant cancéreux, association, guérison, osteosarcome, ewing, sarcome, Ostéosarcome, sarcome, sarcome d'ewing, tumeurs du thesaurus MeSH, cancérologie, tumeurs cancéreuses Les tumeurs Osseuses, chirurgie, Radiothérapie, Traitement Médicaux, Dystrophies, Tumeurs Bénignes, Ostéosarcome, Chondrosarcome, Sarcome d'Ewing, Histiocytofibrome, Fibrosarcomes, Lymphosarcome, Sarcome à cellules géantes Liposarcome Osseux, Adamentinome, Chordome, Histoire de la Chimio, Ethique des essais, Recherche et droit
  Accueil



  Pourquoi AMETIST ?
  Ses missions
  Unité spécialisée
  Spécificité de l'Unité
  Ses actions



  
  
  Nous faire connaitre



  Personnalités
  Sites Internet
  Les Médias en parlent



  Mailing List
  Nous contacter



  Les tumeurs Osseuses
  La Chirurgie
  La Radiothérapie
  Traitement Médicaux
  Dystrophies
  Tumeurs Bénignes
  L'Ostéosarcome
  Le Chondrosarcome
  Le Sarcome d'Ewing
  L'Histiocytofibrome
  Les Fibrosarcomes
  Lymphosarcome
  Sarcome à cell. géant.
  Liposarcome Osseux
  L'Adamentinome
  Le Chordome
  Histoire de la Chimio
  Ethique des essais
  Recherche et droit

  Travaux du Pr Israël

  Vos questions Chimio
  Vos questions Chirurgie





ENFANTS COBAYES

Cancer de l'enfant :
enquête sur les dérives d'un système


LE LIVRE DU
DOCTEUR DELEPINE







 
 

LES TUMEURS OSSEUSES
DEGRÉ DE MALIGNITÉ




En plus du diagnostic histologique précis, l'examen anatomopathologique d'un sarcome des parties molles doit s'efforcer de porter un histopronostic.

De nombreux systèmes ont été proposés ; le moins mauvais nous parait actuellement celui utilisé par la fédération des centres anti-cancéreux, et qui prend en compte le nombre de mitoses et leurs anomalies, le tissu de soutien, et la nécrose tumorale.

Cependant, si ce système est assez prédictif pour les grades I (très faible risque de métastases) et les grades III (risque maximal), les grades II qui regroupent un peu plus de la moitié des tumeurs, restent d'un pronostic incertain. C'est dans ces cas que les facteurs classiques de pronostic (localisations sus ou sous aponévrotiques, taille tumorale supérieure à 5 cm) ou les techniques récemment proposées de fluocytométrie du DNA (tumeur diploïde à faible risque métastatique, tumeur aploïde à risque important) se révèlent utiles.

La même tentative d'histopronostic a été réalisée dans des sarcomes osseux. Ces résultats sont très variables selon la nature des tumeurs :

- L'histopronostic parait très utile dans les tumeurs cartilagineuses : les chondrosarcomes de faible degré de malignité (grade I) exposent à moins de 5 % de risques de métastases,alors que les chondrosarcomes de degré III, sont menacés d'évolution métastatique dans plus de 90 % des cas.
- L'histopronostic apparait également intéressant dans un certain nombre de variétés d'ostéosarcomes dits de bas grade : sarcome juxta-cortical, ostéosarcome fibroblastique centromédullaire de faible grade de malignité, ...
- Il ne présente par contre actuellement aucun intérêt pratique dans les sarcomes d'Ewing et peu dans les histiocytofibromes malins de l'os.